actu cap transition écologique
Blog Oui Ensemble

 

 

Partager

28-04-2021

Cap sur la transition écologique !

Patrice MOYON rapporte dans ►Ouest-France : « Le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, plaide pour une accélération de la transition écologique en prenant appui sur les entreprises. (…). C’est bien la combinaison d’énergies renouvelables (éolien, solaire, hydraulique) avec le nucléaire qui permettra à la France de réussir la transition. Sur le plan mondial, il y a de plus en plus de personnes et d’organisations qui voient dans le nucléaire, une énergie indispensable à la transition écologique.(…) ».

« En France, on a un problème historique car le mouvement écologiste s’est construit contre le nucléaire et il y a une sorte de confusion dans l’esprit de nombreuses personnes du nucléaire civil et militaire. La réalité, c’est qu’on a besoin de cette énergie. Donc oui, la France a raison de s’associer avec d’autres pays pour convaincre Bruxelles que l’énergie nucléaire est non pas renouvelable mais plus verte que les énergies fossiles comme le pétrole (…). »

« Il n’y a plus de climato-sceptiques chez les patrons. Peut-on transiger avec la transition écologique ? : Nous sommes tous des citoyens avant d’être des chefs d’entreprise. Il n’y a plus de climato-sceptiques chez les patrons. Et puis, aujourd’hui nos salariés mais aussi de plus en plus souvent nos actionnaires et nos investisseurs demandent non seulement des engagements mais aussi des actes. (…) De gré ou de force, par conviction ou par intérêt, on ne peut pas transiger avec la transition.(…) »

« Comment relancer le dialogue avec des syndicats qui n’ont jamais été aussi faibles ? : Au Medef, nous croyons au dialogue social. Il est vrai que le taux d’adhésion aux syndicats est effectivement assez faible, mais ne regardons pas uniquement le nombre d’adhérents. La représentativité passe aussi par la participation aux élections professionnelles qui est très faible dans les TPE (Très petites entreprises) mais nettement plus élevée dans les plus grandes. (…) »

« Quel est le bon échelon pour négocier ? : Nous pensons que les discussions doivent se dérouler au plus près des salariés et donc dans l’entreprise car c’est là, même s’il y a des exceptions, que le dialogue social est le plus vivant et fonctionne plutôt bien. (…) ».

« Il faudrait aller plus loin dans la décentralisation économique ? : Nous plaidons en effet pour davantage de décentralisation. Cela fait partie des positions du Medef. Il y a dans l’histoire de France une centralisation excessive qui amène trop souvent à des blocages. S’il faut bien sûr un cadre général, un certain nombre de politiques économiques peuvent être décidées au plan régional. L’apprentissage en est un bon exemple.(…) ».

Geoffroy Roux de Bézieux affirme qu’il n’y a plus de climato-sceptiques chez les patrons, que le Medef croit au dialogue social, et qu’il faudrait aller plus loin dans la décentralisation économique ?

Alors, devant toutes les ruptures en chemin, qu’attendons-nous pour : ~ mettre toutes les idées sur la table, ~ lister ce qu’il y a à faire, ~ faire, ~ et contrôler les avancées en direction du cap proposé ?

En effet, l’économie étant circulaire et dépendante des uns et des autres, c'est la raison qui nous a motivés à concevoir notre modèle économique dans un fonctionnement global avec des "interdépendances et des formes d’autonomie à différentes échelles". Les belles et moins belles personnes sont partout, et nous favorisons le déploiement épanoui des collaborations et des coopérations entre les citoyens de tous âges, de toutes origines ethniques et sociales, en appréhendant l’Économie Sociale et Solidaire avant tout comme un état d’esprit.

Nous positionnons donc toutes les personnes sensibles aux êtres vivants et au respect de la planète Terre dans la démarche solidaire :

  • En gommant les préjugés conflictuels entre les différents statuts juridiques des modèles économiques, réputés "lucratifs" (statuts SARL, SAS, SCI, etc.) ou "non lucratifs" (statuts Fondations, ONG, associations, ESS, etc.).
  • En gommant le schéma clivant qui veut que toutes les personnes hébergées sous statuts "non-lucratifs" répareraient ce que toutes les personnes hébergées sous statuts "lucratifs" détruiraient.

Sur le fil conducteur commun du Bien Vieillir Longtemps Ensemble, nous soutenons, entre autres, les personnes vulnérables, les professionnels indépendants, les petites entreprises, voulant garder leur dignité autrement que par des "pansements" qui, dans notre vision humaine et sociétale, ne doivent rester qu’une réponse face aux urgences.

En conséquence, Oui Ensemble accueille favorablement les paroles du Président du Medef, ainsi que les propositions des équipes de France Stratégie pour les ►Labels RSE sectoriels destinés aux TPE, PME et ETI.