19 aoû 2020
Chansy Upravan
Image
population mondiale

Partager

Vers un déclin imminent de la population mondiale (1/2)
Une étude dans The Lancet prédit des bouleversements dans l’équilibre mondial et au sein des sociétés, avec une population mondiale à 8,8 milliards en 2100, contre les 10,9 milliards projetés par l’ONU.

Un ►article du 15 juillet, dans Le Parisien avec AFP, nous informe que ce chiffre a fait du bruit lors de la sortie de l’étude.

Selon Christopher MURRAY, Directeur de l’IHME (Institute for Health Metrics and Evaluation) (…). « C'est une bonne nouvelle pour l'environnement, moins de pression sur les systèmes de production alimentaire et moins d'émission de CO2. Mais l'inversion de la pyramide des âges aura des conséquences profondes et négatives sur l'économie et l'organisation des familles, des communautés et des sociétés, (…). Même si ces projections ne sont pas gravées dans le marbre et que des changements de politiques pourraient modifier les trajectoires des différents pays. »

« Chine, Japon, Espagne, Italie... des populations qui vont être divisées par deux. Ce déclin sera lié en grande partie au développement de l'éducation des filles et de l'accès à la contraception (…). L'évolution démographique, intégrant aussi la mortalité et les migrations, variera selon les régions et les pays (…) possible redistribution des cartes économiques et géopolitiques, même si la puissance d'un Etat ne se réduit pas nécessairement à la seule taille de sa population .(…). L'Asie et l'Europe abritent une grande partie des 23 pays qui devraient voir leur population réduite au moins de moitié (…). Même si quelques pays comme la France y échappent (65 à 67 millions). A l'opposé, l'Afrique sub-saharienne pourrait voir tripler sa population (…). »

Richard HORTON, rédacteur en chef de The Lancet, a commenté « ce sera véritablement un nouveau monde, un monde auquel nous devrions nous préparer dès aujourd'hui. Dans ce monde où la population en âge de travailler aurait diminué mais où les plus de 80 ans seraient six fois plus nombreux (…)». Son collègue Stein Emil VOLLSET précise « La réponse à ce déclin des populations risque de devenir une des préoccupations politiques majeures dans de nombreux pays (…) aider les femmes à travailler tout en ayant le nombre d'enfants qu'elles souhaitent…des politiques d'immigration libérales (…) ». Christophe MURRAY indique « (…) plus tard dans le siècle, les pays qui ont besoin de travailleurs migrants devront rivaliser pour attirer ces migrants (…) ».

Un nouveau monde pour lequel nous devons nous préparer dès aujourd'hui.

Si cette étude s’avère exacte, elle serait en effet positive pour l’environnement et le climat avec la maîtrise : ~ des déplacements de populations dus au réchauffement climatique, ~ et des risques de pandémies.

Cependant, les influences des activités humaines et leurs répercussions négatives sur l’environnement et le climat sont déjà démontrées par les scientifiques, et nous savons que le phénomène mondial du vieillissement des populations doit entraîner une autre approche sociétale et sociale.

Nous nous sommes penchés sur la problématique car, vivre au quotidien dans la peur du lendemain, suspendus aux aides sociales avec la précarité et les pandémies qui rôdent, ce n’est pas une vie pour les personnes qui veulent rester auteur de leur vie !

Le challenge à relever est un vaste programme parce que les conditions de toutes les actions sont collectives, mais le moteur du changement restant l'individu, il ne faut pas perdre de vue que l'option elle-même, c'est à dire le choix, n'est pas d'ordre collectif. 

Nous reconnaissons nos erreurs, et de notre point de vue, construire un nouveau monde est impossible : ~ si nous envisageons la solution au moyen d’un modèle unique. ~ si nous persévérons dans nos comportements individualistes et notre manque d’éthique.

De plus, nous avons découvert que créer un modèle économique à but non lucratif ne justifiait pas automatiquement l’éthique, les belles et moins belles personnes étant partout.

Bâtir un monde nouveau

Les ruptures en cours touchent tout le monde, quels que soient, l’âge, le statut social, les us et coutumes, la couleur de peau, car jusqu’à ce jour, « l’humain » a été mis au second plan au profit de la course au "toujours plus" et de la consommation irrespectueuse favorisant les ►zoonoses, au détriment du maintien de notre équilibre et de notre bonne santé.

Des sociologues estiment que l’on joue l’essentiel de nos vies dans nos relations aux autres en incluant une dimension de reconnaissance, de façon à nous construire avec : ~ l’expérience de l’amour partagé basé sur la confiance en soi, ~ la reconnaissance de la dignité qui fonde le respect de soi, ~ et la capacité à s’estimer soi-même.

Un projet motive chacun en fonction : ~ de son tempérament, son capital génétique, son profil, ses représentations et interprétations personnelles et professionnelles, ses expériences et compétences spécifiques… ~ des contextes de vie, des cultures, des secteurs d’activités…

Force est de constater que suite à l’exode de milliers de personnes, conséquence de l’histoire religieuse, culturelle et politique, menée depuis des décennies, les migrants ne sont pas forcément regardés d’un œil bienveillant. Or, nous devons comprendre les interdépendances mondiales de manière à nous ouvrir aux ressources humaines actives venant de différents pays, d’autant plus si nous voulons que la robotique ne soit qu’un support venant faciliter nos vies lorsque nous serons, entre autres, vieillissants.

En parallèle, nous devons entendre que travailler plus longtemps est une piste que tous les dirigeants ont mis en réflexion, même s’il est très difficile de l’admettre, surtout lorsque nous sommes en souffrance dans un travail stressant ou démotivant.

Nous avons donc mobilisé nos énergies et nos créativités afin d’imaginer un projet de terrain qui répond aux besoins humains, dans l’estime des êtres vivants auxquels nous sommes sensibles, pour "Bien Vieillir Longtemps Ensemble".   

Comment arpenter ce chemin au long cours et avec qui ?

►À suivre dans notre billet 2…