Actu 28
Blog Oui Ensemble

 

 

Partager

1-11-2021

Que faire pour améliorer son pouvoir d’achat ?

Les conséquences de la crise sanitaire étaient prévisibles… notre pouvoir d’achat est devenu une préoccupation au quotidien.

L’étude des équipes de France Stratégie sur les ►dépenses pré-engagées nous donne une vision objective de la problématique soulevée : « Le revenu arbitrable, soit le revenu dont dispose le ménage après déduction des dépenses pré-engagées, vise à estimer le budget sur lequel le ménage peut vraiment faire des choix de dépenses à court terme. Les inégalités en termes de revenu arbitrable sont, en 2017, près de deux fois plus fortes que les inégalités en niveaux de vie. »

Les "pansements" du gouvernement ont un impact direct et ils sont vitaux pour éviter l’hémorragie. Par contre, au regard de toutes les problématiques cumulées, nous n’avons pas d’autre choix que d’agir sur les causes, en prenant conscience qu’il est plus long de déclencher de l’impact systémique.

Les travaux de France Stratégie sur le rapport de la commission ►Blanchard-Tirole sur les trois grands défis économiques sont mis à notre disposition. Des réformes qui doivent être acceptées par les Français. Quelques mots sur le sujet :

  • Du changement climatique : « une taxe carbone au niveau européen améliorée (…) compenser les perdants (…) mettre une taxe carbone aux frontières (…) ».
  • Des inégalités : « égaliser les chances (par l’éducation et le capital financier. Faire évoluer la fiscalité sur les successions est une piste de réflexion, en évitant que les petites successions soient taxées. L’idée serait d’utiliser ces revenus pour aider les jeunes), réparer les dégâts avec la redistribution ou changer le processus de production de ces inégalités (…) ».
  • Du vieillissement de la population : « réformer le système retraite, celui par points leur paraît le plus simple , augmenter l’âge de la retraite et diminuer les pensions (…) »

 

En parallèle, l’article de Willy MOREAU dans France Bleu souligne la ►pénurie de personnels dans les EHPAD : des condamnés à des TIG en renfort en Ardèche.            Certes, « cette solution est un levier comme un autre ». Cependant, sans juger les personnes condamnées à des TIG (Travaux d'Intérêt Général), cette solution n’exprime-t-elle pas les limites systémiques dans lesquelles nous nous retrouvons face aux besoins de nos aîné(e)s ?

 

De plus, Cyrille DUPUIS, dans Le quotidien des médecins, attire notre attention avec son article ►le gouvernement pris au piège de l'encadrement de l'intérim médical : « Fuite de praticiens, fermeture de services ou de lignes de garde, déprogrammations : la situation médicale risque-t-elle de devenir périlleuse voire ingérable dans certains hôpitaux (aux urgences, à la maternité, dans des blocs opératoires), bientôt privés de médecins remplaçants sous l'effet de l'encadrement strict de l'intérim médical ? (…)

(…) En pratique, lorsque le comptable public constatera lors du contrôle qu'il exerce sur la rémunération du praticien ou sur celle qui est facturée par l'entreprise de travail temporaire, que leur montant excède les plafonds réglementaires fixés, il procédera au rejet des paiements irréguliers. De son côté, le directeur général de l'ARS, informé par le comptable public de l'irrégularité des rémunérations, devra déférer ces actes au tribunal administratif compétent.(…) ». 

Nous sommes devant un nouveau choix de société. Où va-t-on ? Que veut-on ?

En tant que simples citoyen(ne)s, nous ajoutons une touche de couleur avec Oui Ensemble, un projet articulé sur trois thématiques afin de Bien Vieillir Longtemps Ensemble : le "Maintien de l'équilibre et de la bonne santé", le "Lieu de vie", et la "Vie sociale".

Notre action, en attente d’être expérimentée, est orchestrée pour fédérer le « Maintien en activité dans un autre regard » avec ►deux objectifs spécifiques. Nous comblons les limites du concept Ubérisé par le biais d'un procédé de conception projet différent, ►en reliant l’avenir de notre jeunesse et des générations futures à l’éthique.